En chargement. Merci de patienter...
Recherche

La Ferme de Roncheury Le Beurre, le Yaourt et l'Amour

« Elles ont toutes un nom vous savez, et chacune a son caractère »: voilà l’unes des premières phrases que Martine, souriante mais concentrée sur son travail, me dit à mon arrivée pendant la traite matinale des 75 vaches Holstein qu’elle possède avec son époux.

Leur élevage se nomme « La Ferme de Roncheury » et se situe en bordure de Sohier, un village splendide niché dans un cadre verdoyant et plein de charme en Province de Luxembourg. Tout en répétant inlassablement les mêmes gestes, vache après vache, elle me parle avec passion de son élevage de laitières, et je ne peux m’empêcher d’admirer cette jeune agricultrice dynamique et joviale qui est la quatrième génération de sa famille à participer à la création d’excellents produits du terroir Belge.

Tandis qu’elle masse les pis et installe les pompes, elle m’explique les antécédents de chacune de ses bêtes, lesquelles sont primées, lesquelles ont une mamelle qui donne moins, lesquelles s’impatientent vite durant la traite.

Elle les connaît absolument toutes, et sur plus de 70 vaches, c’est tout bonnement impressionnant. Je ne vois pas le temps passer, alors que le balais incessant et rythmé des gentilles Holstein qui entrent et sortent des stalles de traite continue. Chacune est manipulée avec douceur et respect, d’ailleurs aucune vache n’est stressée. Toutes semblent bien rodées à ce petit rituel matinal. Vient ensuite le repas des veaux se trouvant dans l’étable adjointe. Ils se précipitent goulûment sur les biberons et seaux de lait fraîchement trait que Martine leur apporte à tour de bras.

Pas un instant de répit. Tout s’enchaîne très vite et j’avoue me sentir assez inutile avec mon objectif autour du cou en la voyant enchaîner les tâches avec une vigueur qui me laisse pantoise. Nous discutons, pendant qu’elle travaille, des formalités administratives, des difficultés de l’agriculture actuelle, des modes alimentaires parfois extrêmes qui se répandent et font du mal aux petites exploitations comme la sienne.

Car oui, l’agriculture, la viande, le lait, ce ne sont pas que les grosses corporations diaboliques et les animaux torturés à l’abattoir. Si de plus en plus de personnes se détournent des produits d’origine animale, c’est souvent le fait d’études scientifiques douteuses dont les médias nous rabâchent les oreilles, et aussi dans le but de nuire à ces groupes sans âme.

Malheureusement, il faut bien se rendre compte et admettre que finalement, la pénalité retombe principalement sur les petites exploitations familiales, pour qui, le respect et le bien-être de l’animal est la cause de chaque jour. Martine m’explique d’ailleurs, émue, avoir perdu deux vaches cette semaine, et que la mort de ses animaux, même naturelle, l’affecte beaucoup. Les discussions avec son père et sa mère, qui continuent à élever des vaches à viande Bleu Blanc Belges après toutes ces années, confortent mon sentiment que les fermes à « taille humaine » comme on dit, existent encore.

Elles doivent absolument continuer à être soutenues par nos choix de consommateurs : – manger local, avec peu ou pas d’intermédiaires, – payer le juste prix de leur labeur, – et, surtout, cesser cette recherche de nourriture à moindre coût, au détriment de la qualité et particulièrement du producteur qui est généralement celui qui se fait plumer dans l’histoire.

Ma journée se terminera par une séance de fabrication et dégustation du beurre, fait à l’ancienne par Martine et sa maman, dans la baratte en bois du Bon Papa, et le résultat est là! Un produit délicieux, dont j’ai déjà parlé et dont je ne me lasse pas, qui n’est comparable en rien à ce que l’on peut trouver dans le commerce classique et les grandes surfaces.

Quand on voit la quantité de travail qui se cache derrière la confection de chacune de ces mottes de beurre façonnées une à une à la main avec dextérité, de la traite du lait à la brique emballée avec soin, on ne peut que s’incliner et se dire que chaque centimes payés pour ces produits préparés avec amour le valent largement, et même davantage.

Loin des images trop souvent vues d’exploitations « usines » aseptisées ou scandaleusement délabrées, loin des images de l’agriculteur râleur qui fait vendre du papier, ces fermes au charme intact existent encore bel et bien, et la « Ferme de Roncheury » en est un excellent exemple.

Pour retrouver le reportage complet, rendez-vous sur ma page Facebook!

La Ferme de Roncheury
La Ferme de Roncheury
La Ferme de Roncheury
La Ferme de Roncheury
La Ferme de Roncheury
La Ferme de Roncheury
La Ferme de Roncheury
La Ferme de Roncheury
La Ferme de Roncheury
La Ferme de Roncheury
Histoire Détails Détails J'aime 1

Share it on your social network:

Or you can just copy and share this url
Colonnes/Rangées
Direction du Slide
Taille des Tuiles
Style des Tuiles
Voir Panneau
Customize